17 mai 2014

retour de Kiev 6

Vendredi 25 avril   …Elle était là encore la Terre, elle était ferme, et pourtant j’entendais ses craquements futurs – et il ne faut pas s’y attarder – il ne faut pas lui faire confiance, Quelque chose aura lieu. Quelque chose, mais Quoi ? Benjamin Fondane, Ulysse, 1933   Passé le début de la soirée à monter et descendre comme un yoyo grisé par les rayons du soleil la rue Saint-André, qui ne désemplit jamais, tandis que les vendeurs de souvenirs replient leurs étals. Je me demande ce que je suis venu faire... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 mai 2014

le fascisme n'est pas un vulgaire paganisme !

Le fascisme est avant tout une incapacité à percevoir la poésie dans la dure et lourde prose quotidienne, c'est la recherche d'une fausse poésie, emphatique et excitée. Claudio Magris Effrayé à l'idée d'un Levi-Strauss ouvrant par hasard le dernier philo mag et tombant sur le schématisme idiot d'un tableau vite fait mal fait qui tend à nous faire croire que la particularité de la pensée fasciste est de s'articuler autour de la vénération de 4 grands totems, terre, peuple, vie & mythes alors que toutes les sociétés humaines... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 mai 2014

retour de Kiev 5

Ils ont peur de perdre leur passé. Nous avons peur de perdre notre futur. Serhiy Jadan   Vendredi 25 avril Après-midi derrière l’ordinateur. Ça barde de plus en plus à l’est, du côté de Slaviansk, après l’assaut lancé par l’armée contre les séparatistes, qualifiés de terroristes par le nouveau gouvernement, qui manie déjà à la perfection la novlangue du vingt-et-unième siècle. Ici, les rumeurs vont bon train. On parle de seize étrangers enlevés à l’est. Sur des photos qui montrent les portraits de jeunes hommes disparus... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
10 mai 2014

retour de Kiev 4

  Avec l'Ukraine, ce sera extraordinairement douloureux. [...] Nous sommes obligés de remettre la décision entre leurs mains : fédéralistes, sécessionnistes, à chacun d'essayer de convaincre l'autre. [...] Qu'ils vivent leur vie, qu'ils fassent l'expérience. ils ressentiront vite que tous les problèmes ne sont pas résolus par la sécession. Soljénitsyne, L'archipel du Goulag, t. 3, 1976.   Vendredi 25 avril     Toute la nuit j’ai repensé aux images de la veille. Ce matin je n’ai qu’une seule idée en... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
04 mai 2014

retour de Kiev 3

Ah, quel terrible pays que l'Ukraine ! Car enfin cette révolution... Non, voyez-vous, avec de pareils pourceaux, il est impossible de faire la moindre révolution... Boulgakov, la Garde blanche, 1925 (phrases censurées en URSS jusqu'en 1989)   Jeudi 24 avril Temps printanier, ciel bleu cobalt, vent tiède. Ce matin je décide de retourner sur Maïdan, où je n’ai pas vu grand’ chose le soir de mon arrivée. Cette fois, je m’y rends en métro. En sortant de la station, mon œil remonte le long de la colonne de l’indépendance qui ne... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
02 mai 2014

retour de Kiev 2

Là, nous étant libérés des grandes personnes, nous allions établir notre place forte, proclamer une république des jeunes. Là, nous allions promulguer des lois nouvelles, une nouvelle hiérarchie de critères et de valeurs, mener une vie placée sous le signe de la poésie et de l’aventure, des éblouissements et des étonnements continuels. Bruno Schulz, « La République des rêves » in Les boutiques de cannelles, trad. Thérèse Douchy.   Mercredi 23 avril. Ciel bleu pâle, chaleur estivale, soleil éblouissant. On se croirait... [Lire la suite]

01 mai 2014

retour de Kiev 1

  mardi 22 avril. 18h15. Vu depuis le hublot, le Dniepr, large comme une mer, miroite à l’horizon, sous les nuages ; la Desna le rejoint en serpentant ; Kiev s’annonce alors, ville-archipel éclatée entre ses collines et les bras du fleuve. Arrivée à l’aéroport de Kiev Borispil. Étonné par le nombre de Juifs qui attendent dans les files pour passer la douane. Un avion en provenance de Tel-Aviv a dû atterrir en même temps que le mien. Des Loubavitch qui portent de gros chapeaux noirs, des manteaux noirs, des barbes... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 février 2014

mon ukraine

    Nous allons étonner les gouvernements européens en leur apprenant une chose, c'est que les crimes sont des crimes, c'est qu'il n'est pas plus permis à un gouvernement qu'à un individu d'être assassin, c'est que l'Europe est solidaire, c'est que tout ce qui fait en Europe est fait par l'Europe, c'est que s'il existe un gouvernement bête fauve, il doit être traité en bête fauve... Victor Hugo Être européen ne consiste pas à nous fondre dans l’Europe, mais au contraire à devenir un de ses éléments, une partie... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 janvier 2014

le produit et le métier des autres

Je ne comprends pas l’étonnement ou l’indignation de certains lorsqu’ils découvrent que Collodi, Balzac et Dostoïevski écrivaient pour gagner de l’argent, pour payer leurs dettes de jeu ou pour renflouer des entreprises commerciales déficitaires. Comme toute autre activité utile, écrire mérite salaire. Mais écrire à seule fin de lucre me semble dangereux, car cela mène presque toujours à une manière facile, trop soumise au goût du grand public et à la mode du moment », Primo Levi, Le métier des autres, trad. Martine... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
12 janvier 2014

mirage atlantique

   Mais nous avons appris, loin de Paris, qu'une lumière est dans notre dos, qu'il nous faut nous retourner en rejetant nos liens pour la regarder bien en face et que notre tâche avant de mourir est de chercher, à travers les mots, à la nommer Albert Camus    D’El-Jadida nous n’aurons d’abord eu que la soif et l’illusion ; c’est en marchant sur la plage, dans la rumeur de l’océan, que nous avons vu se débrumer son mirage au-dessus des dunes de sable ; une ville avançait, reculait, se dressait... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,