18 août 2017

vampires & cerfs-volants

Je me souviens d'un interview de Richard Ford où il disait en somme : "si un écrivain vous dit qu'il a beaucoup travaillé, ne l'écoutez pas, ça veut juste dire qu'il veut vendre beaucoup de livres".  Donc,  à propos de Sous les serpents du ciel,  je ne vous dirai pas que j'ai beaucoup travaillé,  que pendant trois ans je n'ai cessé d'y penser, me levant tous les jours pour reprendre, dans le ciel fugitif de nos pensées, les fils de six histoires entrelacées, me réveillant dans la nuit pour compléter une scène,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 septembre 2015

Et si à la rentrée vous ne lisiez pas que des romans ?

  Il paraît que les Français publient trop de livres. Il paraît qu'il n'y aurait plus assez de lecteurs pour les lire et que nous vivrons bientôt dans une sorte de dystopie où il y aurait davantage d'auteurs que de lecteurs, au point qu'il faudrait se demander s'il ne vaudrait pas mieux inverser les rôles : les lecteurs écriraient dans leur tête des livres imaginaires, les écrivains la boucleraient et liraient (car il y en aura toujours pour vous affirmer qu'ils ne lisent pas, qu'ils n'en ont pas le temps, qu'ils le passent à... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
29 juin 2014

icecolor

à paraître fin octobre 2014 au Réalgar-éditions   premières pages :   Jour après jour nous rongeons, paraît-il, nos propres glaces. On prédit que nous frôlons la catastrophe. On prédit que la banquise n'aura jamais été aussi réduite. On prédit que le passage du Nord-Ouest, que les siècles ont semé d'épaves, sera bientôt libre de glaces onze mois sur douze. Il y a sans doute du vrai dans ces prédictions. Il suffit de consulter les cartes pour s'en aviser : chaque année, c'est un peu plus de blanc qui recule à la surface... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 mars 2014

la ligne des glaces

   à paraître le 2 avril 2014 aux éditions Rivages 4e de couv : Un jeune diplomate en herbe, Samuel Vidouble, est envoyé dans un mystérieux pays de la Baltique orientale, dont il ignore tout. Dès son arrivée à l’ambassade de France, on lui confie la tâche de le cartographier en vue de proposer une délimitation de ses frontières maritimes. Au fil des voyages, des trouvailles, des rencontres et des déconvenues – guidé par Lothar Kalters, un ami linguiste, et par Néva,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 septembre 2013

de l'arbre au cristal en passant par le labyrinthe

                      article paru le 19 septembre 2013 dans la revue en ligne Sens Public  http://www.sens-public.org/spip.php?article1042   extrait   [...]   Si Stendhal avait eu recours au daguerréotype, La Vie de Henry Brulard – écrite en 1835, l’année même de l’invention du procédé – serait probablement parsemée de clichés photographiques. Si W.G. Sebald avait vécu à l’époque de Stendhal, s’il avait eu comme... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
19 avril 2013

kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu

    http://www.editionsdusonneur.com/livre/kaddish-pour-un-orphelin-celebre-et-un-matelot-inconnu-emmanuel-ruben/ paru le 23 mai 2013 aux éditions du Sonneur 4e de couv : Deux hommes, une nuit de l’été 1957, en pleine guerre d’Algérie. Ils ont le même âge, sont nés dans la même région. Le premier, orphelin de père, vit loin de la géhenne coloniale. Il sait manier les mots : ses phrases sont comme des coups de poing. Le second, ancien matelot, est un homme plongé dans la misère et la violence du temps. Le... [Lire la suite]

13 avril 2012

la jeune fille au narval

  La jeune fille au narval, nouvelle parue en avril 2012 dans Edwarda n°7    http://www.edwarda.fr/catalogue/revue/sept-fatalement/   extrait   [...]     Fatale ! fatale ! fatale ! fatale ! Enfin lâché, le mot avait retenti des milliers de fois sur la glace étale et le ciel cristallin le reprenait en écho, le faisait rebondir d’un bord à l’autre de l’horizon, fatale ! fatale ! fatale ! fatale !, c’était comme un ricochet infini de la même parole gelée et... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 décembre 2011

à l'enquerre d'or

  A l'enquerre d'or, nouvelle parue en décembre 2011 dans Edwarda n°6   http://www.edwarda.fr/catalogue/revue/six-precision/   extrait   [...]     Je vivais depuis longtemps dans les livres. Mais les livres finissaient par m’envahir – je croyais les dévorer, c’étaient eux qui me dévoraient, me digéraient et me recrachaient, boulette de papier mâché, dans la corbeille aux écrivains ratés. Refusé de partout, menant une vie de propre à rien, écrivant à tour de bras, publiant que dalle. C’était il... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 octobre 2011

ubu muet

      nouvelle parue en octobre 2011 dans Ravages n°7   http://www.scopalto.com/revue/ravages   extrait   [...]   Dehors, devant la gare, la place est déserte. Nulle âme qui vive. Pas un souffle de vent. Je pense à Laure que je vais bientôt retrouver, qui m’a promis de venir me chercher, le lendemain, à la gare de Bâle, et de me ramener à la maison. Je pense aussi que je vais pouvoir me refaire une santé, retrouver la bonne bouffe alsacienne, la flamekueche, la choucroute et ce sacré... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 juillet 2011

j'habite en balcon des feux et des nues

nouvelle parue en juillet 2011 dans le numéro special Edwarda collection   http://www.edwarda.fr/catalogue/revue/une-chambre-en-ville/ http://www.gqmagazine.fr/sexe/les-filles-du-vendredi/diaporama/chambres-avec-vue/5412/image/398780                   extrait [...] Le soleil se couche à l'heure où se lèvent les jupes. C'est un soir d'automne – peut-être octobre à la lumière ambrée. Sept heures, mettons. Le crépuscule qui gagne les visages et estompe les traits... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,