Albert_Memmi

"Descendrais-je d'une tribu berbère que les Berbères ne me reconnaîtraient pas, car je suis juif et non musulman, citadin et non montagnard ; porterais-je le nom exact du peintre que les Italiens ne m'accueilleraient pas, car je suis africain et non européen. Toujours je me retrouverai Mordekhaï Alexandre Bénillouche. Indigène dans un pays de colonisation, Juif dans un univers antisémite, Africain dans un monde où triomphe l'Europe", Albert Memmi, La Statue de sel

Sinon, je le dis au passage, comme ça, car personne ou presque n'en parle bien sûr, en France, vu l'avalanche de décès des derniers mois, mais un grand homme est mort il y a quelques jours, un des derniers contemporains vivants de Sartre et de Camus (il eut le droit à des préfaces des deux, belle performance et grand écart) : Albert Memmi, 99 ans, une trentaine de livres derrière lui, qui forgea les concepts de judéité et d'hétérophobie. Un homme qui m'a fait comprendre ce que voulait dire naître juif en terre d'Islam et sous protectorat comme on disait autrefois pour parler de la colonisation. Un homme qui fut à la fois juif, africain, arabophone, berbère, tunisien, colonisé et qui devint français par la langue. De tous les écrivains francophones, celui qui ressemblait peut-être le plus à ce que furent mes ancêtres constantinois. On retiendra cela aussi de l'année 2020 : pendant que tout le monde parlait des malheurs de Zemmour, les grands hommes mouraient dans l'indifférence générale.