22 octobre 2014

en attendant le 26 novembre, les libraires de Charybde ont lu.. et ont aimé Icecolor

"Publié à l’automne 2014 aux éditions du Réalgar, largement spécialisées dans les textes étroitement associés à la peinture et à l’image, le quatrième texte d’Emmanuel Ruben parvient à nouveau à repousser un peu plus loin les frontières de son écriture magique, qui use d’une poésie diffuse comme ciment profond d’une prose affûtée, qu’elle débusque les vérités possibles d’une Algérie familiale enfouie au-delà de l’horizon de Camus (« Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu »), ou qu’elle explore... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 octobre 2014

ce que dit le Pr. Platypus

Aujourd'hui je découvre un blog passionnant d'un lecteur chevronné qui s'est attelé à la lecture des livres sélectionnés pour le Prix Goncourt : extrait : "Par le biais de cette utopie instable, Emmanuel Ruben démonte avec intelligence tout ce qui relève du fantasme dans la construction de l’image d’un pays. Nulle nation ne peut se prévaloir d’un état originel, sorte de paradis perdu de la cohérence et de la cohésion nationale. Tout Etat ne se construit que par les errances de l’Histoire, et tout Etat n’est en réalité... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 octobre 2014

un premier article sur Icecolor

  voici entre autres ce qu'on peut lire sous la plume de Jean-paul Vialard : Extrait : "Mais nous ne saurions aller plus loin dans la connaissance "d'Icecolor" sans faire référence à l'anatomo-physiologie de la vision. Celle-ci nous servira de métaphore dont nous espérons qu'elle permettra d'installer une compréhension claire de ce qui se joue dans l'acte perceptif et intellectif du regard. Et, d'emblée, nous faisons la thèse suivante posant la bivalence de l'acte de voir. Un "voir" qui serait de simple surface, un "voir"... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 octobre 2014

les huit petits nègres

  ouf, la ligne des glaces fait partie des rescapés, ce qui est toujours un soulagement quand vous vivez tous les jours avec une angoisse-à-vous-nouer-l'estomac (oui oui celui dont la littérature se passe allègrement) la chronique d'une élimination annoncée. bon, je ne vais pas épiloguer, je suis à Jérusalem, sous un cagnard impitoyable, Saint-Germain-le-pluvieux est loin, je n'ai lu ni les sacrifiés, ni les rescapés, et ne le ferai pas à mon retour - mis à part le livre de K. Daoud, qui je le répète, vaut la peine, même s'il... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 octobre 2014

en attendant une rencontre le 26 novembre à la librairie Charybde, retour sur mon Kaddish, sous la plume d'Hugues Robert

Le 26 novembre 2014 je présenterai dans la meilleure librairie de Paris (Charybde, 75012), mes deux derniers livres, La ligne des glaces et Icecolor (oui je ne partage pas l'adage d'Isaac Babel, qui disait "qu'importe les lignes quand on a les couleurs" et je crois qu'il faut essayer, tant qu'on peut, d'allier la ligne et la couleur : l'idéal sera toujours, pour moi, de vous faire un dessin). En attendant, Hugues Robert (un des géniaux libraires dudit Charybde) propose sur son blog un très belle lecture, qui me touche beaucoup,... [Lire la suite]
28 septembre 2014

le Kaddish en live

Si vous souhaitez écouter des extraits du Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu lu par deux belles voix bien viriles Rareş Ienasoaie & Yordan Goldwaser (Librairie Charybde, 5 mars 2014)          

28 septembre 2014

La ligne des glaces prend L'express

"Rien de tel qu'un petit vent froid pour amorcer l'automne. C'est ainsi du côté de la Baltique - plus précisément, dans la contrée imaginaire de Grande-Baronnie - que nous entraîne Emmanuel Ruben, dans La Ligne des glaces." Ainsi commence un article de Baptiste Liger pour L'express intitulé "Carrément à l'Est" et qu'on peut lire en ligne. En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/emmanuel-ruben-carrement-a-l-est_1579455.html#VwBoOzv7hQ5IcUoz.99
Posté par emmanuelruben à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 septembre 2014

La ligne des glaces et Meursault contre-enquête figurent dans la Première sélection pour le prix Goncourt 2014 !

ne les ayant pas lus, je ne peux pas vous dire grand'chose de la plupart des auteurs et des livres qui figurent dans cette liste. Une seule exception : il faut lire absolument le très beau livre de Kamel Daoud, Meursault contre-enquête, un éloge paradoxal de l'étranger, (pas seulement celui de Camus, mais celui de tous les jours, l'Algérien, le Français, l'Autre... celui qu'on croise dans la rue, celui qu'on est soi-même et pas seulement vis-a-vis des autres)   Première sélection pour le prix Goncourt 2014Adrien... [Lire la suite]
08 juillet 2014

sur le blog de "la lectrice à l'oeuvre", Christine Bini explore la ligne des glaces

un bel article, qui pose la question de l'Europe, du romanesque, et rappelle en écho le rôle qu'a joué Camille de Toledo dans cet aiguillage... pour lire l'article en entier et dans son contexte, c'est ici : http://christinebini.blogspot.fr/2014/07/la-ligne-des-glaces-demmanuel-ruben.html?spref=fb extrait :   "Le roman est construit selon une « ligne » de dessillement basée sur deux paramètres : la candeur du narrateur Samuel et le cours des saisons. Le gel hivernal, le dégel printanier, puis un été... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 juin 2014

sur le blog de Guénaël Boutouillet, qui sait donner envie de lire et tracer des ponts entre les livres et les auteurs

Cette recension me touche beaucoup car elle pose la question de l'Europe et trace des ponts entre les rares auteurs qui s'emparent de ce drôle d'objet littéraire : je veux parler de Camille de Toledo et de Mathias Enard, notamment : "Cartographier cette improbable frontière, c’est interroger la notion d’Europe (« qui n’avait pas tranché l’Europe car il n’y avait jamais eu d’Europe mais qui avait tranché des bras et des jambes, des cous, des cœurs, des langues, des cerveaux… »). C’est glisser de Géographie en Histoire,... [Lire la suite]