22 octobre 2013

largo portugal 3 - aveiro atlantico

  C’est la voix de la terre aspirant à la mer Pessoa   Ici toutes les îles sont éphémères et vu depuis la dernière dune le paysage est un archipel de quelques heures qui s’efface avec le flux, que redessine le jusant. Hier soir à marée basse, la lagune se rendait à la terre en se vidant de ses eaux comme une immense baignoire d’argile, avec des touffes d’herbes qui apparaissaient par endroits, des traces de pas, des empreintes les hommes marchaient au milieu de la vase, chaussés de grandes bottes de caoutchouc qui... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 septembre 2013

largo portugal 2 - douro indigo

  C’était dans la vieille maison tranquille au bord du fleuve… Pessoa (trad. D. Touati)   Selon le mot fameux de Miguel Torga « l’universel, c’est le local moins les murs », Eh bien le voici le bled universel : car ici, justement, où les villages se font rares, les seuls murs sont des murets – petits murets de pierre sèche érigés non tant pour marquer ou délimiter le territoire que pour le consolider, le soutenir, éviter que tout ne s’effrite, que l’érosion ne défigure le paysage, que la pluie... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 04:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 août 2013

largo portugal 1 - porto tango

  Ah, qui sait, qui sait Si je ne suis point déjà parti, autrefois, avant moi-même, D’un quai ; si je n’ai point déjà quitté, navire au soleil Oblique de l’aurore, Une autre espèce de port ? Pessoa (trad. D. Touati)   Première impression, dans le tramway flambant neuf qui nous ramène de l’aéroport et se traîne lentement vers l’est, en direction du stade de foot : celle d’un finisterre oublié, où les cochons broutent des pneus de bagnole, où les poules picorent des pots d’échappements rouillés Puis,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,