02 juillet 2015

une île ne suffit pas : l'inquiétude archipélagique

  Thomas avait un État rien qu’à lui. À vrai dire, sur le papier seulement, mais il pouvait tout y disposer à son gré et tout modifier chaque jour selon son bon plaisir. […] Le royaume de Thomas était absolument inaccessible, entouré de toutes parts de marécages semblable à ceux qu’habite le serpent à tête rouge. D’abord, il devait être, sur toute son étendue, recouvert de forêts, mais, réflexion faite, Thomas y introduisit un peu de la claire verdure des prés. Les routes sont superflues. Ce n’est plus du tout une forêt... [Lire la suite]

27 janvier 2015

Le jour où j’ai inventé Israël sans m’en rendre compte

1) Le 9 novembre 1989, le jour de la chute du mur de Berlin, j’ai inventé un pays de l’autre côté du Rhin, qui annexait la quasi-totalité de la plaine de Bade et une bonne partie de la Forêt-Noire, dont les introuvables sources du Danube, le château d’eau de l’Europe. Limitrophe de la France et de la Suisse, ce pays d’outre-Rhin, le royaume de Tiranis, avait la forme d’un petit personnage un peu monstrueux, mélange du cyclope et du moine en soutane, la tête penchée en avant, les mains avancées vers l’est, le bas du corps... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
25 janvier 2015

Du poignard à la kalachnikov : dessine-moi ton pays

  Il y aurait, là-bas, à l'autre bout du monde, une île. Elle s'appelle W. Elle est orientée d'est en ouest; dans sa plus grande longueur, elle mesure environ quatorze kilomètres. Sa configuration générale affecte la forme d'un crâne de mouton dont la mâchoire inférieure aurait été passablement disloquée. Le voyageur égaré, le naufragé volontaire ou malheureux, l'explorateur hardi que la fatalité, l'esprit d'aventure ou la poursuite d'une quelconque chimère auraient jetés au milieu de cette poussière d'îles qui longe la pointe... [Lire la suite]
13 décembre 2014

"la ligne des glaces" enfin cartographiée !

Partout où je vais pour parler de La ligne des glaces, on me demande où se trouve la Grande-Baronnie, de quel pays il s'agit, et j'ai beau expliquer que c'est le futur de l'Europe que je me suis efforcé de dessiner, oui de saisir le futur sans avenir de l'Union européenne prise dans les glaces de Schengen, l'on aime au contraire me prouver par A+B qu'il s'agit bien de la Lettonie... tiens donc, il doit y avoir du vrai là-dedans, et les plus avisés ajoutent qu'il y a aussi des morceaux d'Estonie et de Lituanie, sans vraiment les... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 juillet 2014

l'archipel intérieur

petite aquarelle au couteau pour accompagner un extrait d'Intima Thule :   Qui n'a pas rêvé d'embarquer ses proches dans ses rêves d'enfant ? L'archipel intérieur nous serait apparu un matin brumeux de la fin juin 200*. D'abord, on aurait cru voir les côtes normandes ou bretonnes ; un instant, on aurait même songé aux îles Marquises ou à la Nouvelle-Calédonie, d'où nous écrivaient une fois l'an des cousins lointains, qui vivaient là-bas et se contentaient d'affranchir de simples clichés de polaroïd en guise de cartes... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 juin 2014

dans les ruines de la carte : note d'intention + extrait

    Dans les ruines de la carte partira du postulat que nous, hommes et femmes du XXIe siècle, vivons à l'ère de la grande carte (celle des utopies) en ruines. La question que je me poserai sera la suivante : Que pouvons-nous faire, nous autres (artistes, écrivains, hommes du livre, de la toile et de l'écran) de ces ruines ?    Ma tentative sera de lire les livres et les peintures qui me sont chers comme on lit des cartes ou des atlas. En les ouvrant par hasard, en cheminant d’un chapitre à... [Lire la suite]

01 mai 2014

sur Zone critique, Pierre Poligone livre une belle lecture personnelle et inspirée de la ligne des glaces

Itinéraire de l'errance "La ligne des glaces, le dernier roman d’Emmanuel Ruben, est un récit de voyage imaginaire où les frontières ne sont pas dans la nature mais dans la tête. Ici, un archipel chimérique est créé, une terre qui n’est pas sans rappeler la nôtre et qui interroge les problèmes identitaires. Un livre sur le pouvoir de perdition des rêves où nous sommes entraînés dans les fantasmagories d’un narrateur qui nous offre la beauté de l’errance." la suite ici... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 janvier 2014

casa mosaïque

  Et je me plongeais dans l’inextricable réseau des rues étroites et poudreuses, à travers la foule en haillons, l’encombrement des chiens, des chameaux et des ânes, aux approches du soir dont l’ombre descend vite, grâce à la poussière qui ternit le ciel et à la hauteur des maisons. Qu’espérer de ce labyrinthe confus, grand peut-être comme Paris ou Rome, de ces palais et de ces mosquées que l’on compte par milliers ? Nerval   Ingrid Bergman et Humphrey Bogart ne seront pas là, sur le tarmac de l’aéroport, pour... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 octobre 2013

largo portugal 3 - aveiro atlantico

  C’est la voix de la terre aspirant à la mer Pessoa   Ici toutes les îles sont éphémères et vu depuis la dernière dune le paysage est un archipel de quelques heures qui s’efface avec le flux, que redessine le jusant. Hier soir à marée basse, la lagune se rendait à la terre en se vidant de ses eaux comme une immense baignoire d’argile, avec des touffes d’herbes qui apparaissaient par endroits, des traces de pas, des empreintes les hommes marchaient au milieu de la vase, chaussés de grandes bottes de caoutchouc qui... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 octobre 2013

atlas vital - à propos de Cyclone de Frédéric-Yves Jeannet

  Je porte dans mon coeur comme dans un coffre impossible à fermer tant il est plein tous les lieux que j'ai hantés, tous les ports où j'ai abordé, tous les paysages que j'ai vus par des fenêtres ou des hublots, ou des dunettes, en rêvant, et tout cela, qui n'est pas peu, est infime au regard de mon désir. Pessoa, Passage des heures, trad. Armand Guibert.     Voici déjà trois ans que ce livre noir – car telle est sa couleur dans la deuxième édition parue en 2010 chez Argol – est devenu pour moi un livre de... [Lire la suite]