01 mai 2014

sur Zone critique, Pierre Poligone livre une belle lecture personnelle et inspirée de la ligne des glaces

Itinéraire de l'errance "La ligne des glaces, le dernier roman d’Emmanuel Ruben, est un récit de voyage imaginaire où les frontières ne sont pas dans la nature mais dans la tête. Ici, un archipel chimérique est créé, une terre qui n’est pas sans rappeler la nôtre et qui interroge les problèmes identitaires. Un livre sur le pouvoir de perdition des rêves où nous sommes entraînés dans les fantasmagories d’un narrateur qui nous offre la beauté de l’errance." la suite ici... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 mars 2014

la ligne des glaces

   à paraître le 2 avril 2014 aux éditions Rivages 4e de couv : Un jeune diplomate en herbe, Samuel Vidouble, est envoyé dans un mystérieux pays de la Baltique orientale, dont il ignore tout. Dès son arrivée à l’ambassade de France, on lui confie la tâche de le cartographier en vue de proposer une délimitation de ses frontières maritimes. Au fil des voyages, des trouvailles, des rencontres et des déconvenues – guidé par Lothar Kalters, un ami linguiste, et par Néva,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 février 2014

réécrire l'Europe

  Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. Sous chaque mot chacun de nous met son sens ou du moins son image qui est souvent un contresens. Mais dans les beaux livres tous les contresens qu’on fait sont beaux. Marcel Proust   Un jour ma nièce de cinq ans s’est assise à mon bureau, et s’est mise à tapoter sur mon clavier au hasard. Des mots bizarres s’affichaient sur l’écran, sans queue ni tête. Comme je lui demandais ce qu’elle écrivait, elle m’a répondu : « c’est une langue... [Lire la suite]
21 février 2014

mon ukraine

    Nous allons étonner les gouvernements européens en leur apprenant une chose, c'est que les crimes sont des crimes, c'est qu'il n'est pas plus permis à un gouvernement qu'à un individu d'être assassin, c'est que l'Europe est solidaire, c'est que tout ce qui fait en Europe est fait par l'Europe, c'est que s'il existe un gouvernement bête fauve, il doit être traité en bête fauve... Victor Hugo Être européen ne consiste pas à nous fondre dans l’Europe, mais au contraire à devenir un de ses éléments, une partie... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 janvier 2014

mâchoire de l'Europe

Finalement, la marche - ou la marge frontalière - est l'endroit où la totalité d'une personne humaine, en accord et en contradiction avec elle-même s'exprime le plus amplement. Jean Genet     Vu du ciel, le détroit terminus de l’Europe est une mâchoire – le rocher de Gibraltar un croc qui s’enfonce dans la pulpe indigo de la mer ; lui fait face, autre croc, autre rocher, Ceuta l’espagnole que nous avons gardée pour mieux verrouiller nos rêves de glace et serrer les dents sur nos remords pas un nuage dans le ciel,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 octobre 2013

largo portugal 3 - aveiro atlantico

  C’est la voix de la terre aspirant à la mer Pessoa   Ici toutes les îles sont éphémères et vu depuis la dernière dune le paysage est un archipel de quelques heures qui s’efface avec le flux, que redessine le jusant. Hier soir à marée basse, la lagune se rendait à la terre en se vidant de ses eaux comme une immense baignoire d’argile, avec des touffes d’herbes qui apparaissaient par endroits, des traces de pas, des empreintes les hommes marchaient au milieu de la vase, chaussés de grandes bottes de caoutchouc qui... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 septembre 2013

de l'arbre au cristal en passant par le labyrinthe

                      article paru le 19 septembre 2013 dans la revue en ligne Sens Public  http://www.sens-public.org/spip.php?article1042   extrait   [...]   Si Stendhal avait eu recours au daguerréotype, La Vie de Henry Brulard – écrite en 1835, l’année même de l’invention du procédé – serait probablement parsemée de clichés photographiques. Si W.G. Sebald avait vécu à l’époque de Stendhal, s’il avait eu comme... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
31 août 2013

largo portugal 1 - porto tango

  Ah, qui sait, qui sait Si je ne suis point déjà parti, autrefois, avant moi-même, D’un quai ; si je n’ai point déjà quitté, navire au soleil Oblique de l’aurore, Une autre espèce de port ? Pessoa (trad. D. Touati)   Première impression, dans le tramway flambant neuf qui nous ramène de l’aéroport et se traîne lentement vers l’est, en direction du stade de foot : celle d’un finisterre oublié, où les cochons broutent des pneus de bagnole, où les poules picorent des pots d’échappements rouillés Puis,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 juillet 2013

L’usage du Nord - à propos de Voyage vers le nord de Karel Čapek

  Quand l’un de nous se met à faire tout de travers, on dit qu’il a « perdu le Nord ». Nous avons tous un Nord dans la tête, qu’il n’est pas bon de laisser perdre. Tantôt il hiberne, tantôt il revient nous souffler son haleine glaciale. […] Cette province bleue de l’imaginaire a toujours engendré les hypothèses les plus folles » Nicolas Bouvier   Qui n’a pas rêvé un jour de retrouver le Nord perdu ? Lire Voyage vers le nord, de Karel Čapek, dans la magnifique traduction de Benoît Meunier, c’est... [Lire la suite]
29 juin 2010

kaddish pour une Europe de la mémoire/utopie pour une Europe de la traduction

Il y a des livres qui sont un choc, une révélation, des livres qu’on attendait depuis longtemps, des livres qui réveillent en vous les mots qui sommeillaient, des livres qui ouvrent un horizon, dessinent de nouveaux contours, percent la brèche, donnent à voir, à penser – des livres qu’on lit dans la rue, en sortant de chez son libraire, comme on lisait autrefois le journal au lendemain d’une catastrophe, en marchant à grands pas, tête baissée, pris de vertige, au point de bousculer les vieilles dames sur son passage et de se faire... [Lire la suite]