12 août 2014

l'enlèvement d'Europe : les bouleaux ont des cornes

"Tantôt il joue et bondit sur l'émail des prairies; tantôt il se couche sur un sable doré, qui relève de son corps la blancheur éblouissante. Cependant Europe moins timide, porte sur sa poitrine une main douce et caressante. Elle pare ses cornes de guirlandes de fleurs. Ignorant que c'est un dieu, que c'est un amant qu'elle flatte, elle ose enfin se placer sur son dos. Alors le dieu s'éloignant doucement de la terre, et se rapprochant des bords de la mer, bat d'un pied lent et trompeur la première onde du rivage; et bientôt,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 juillet 2014

le plus dur c'est de trouver le bon rythme

pour saluer le retour du Tour en France, les premières pages d'un futur roman où je dirai ma passion du vélo.    Le nombre des diastoles et systoles d’une vie humaine ou même d’un seul jour dépasse tous les chiffres imaginables, Alfred Jarry       LE PLUS DUR C’EST DE TROUVER LE BON RYTHME, disait Vlad, si tu ne trouves pas d’emblée ton propre rythme c’est fichu, tu chopes un point de côté, tu te mets dans le rouge, faut savoir doser, ne pas se griller d’avance, mouliner sans forcer, en garder sous... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 juillet 2014

sur le blog de "la lectrice à l'oeuvre", Christine Bini explore la ligne des glaces

un bel article, qui pose la question de l'Europe, du romanesque, et rappelle en écho le rôle qu'a joué Camille de Toledo dans cet aiguillage... pour lire l'article en entier et dans son contexte, c'est ici : http://christinebini.blogspot.fr/2014/07/la-ligne-des-glaces-demmanuel-ruben.html?spref=fb extrait :   "Le roman est construit selon une « ligne » de dessillement basée sur deux paramètres : la candeur du narrateur Samuel et le cours des saisons. Le gel hivernal, le dégel printanier, puis un été... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 juin 2014

sur le blog de Guénaël Boutouillet, qui sait donner envie de lire et tracer des ponts entre les livres et les auteurs

Cette recension me touche beaucoup car elle pose la question de l'Europe et trace des ponts entre les rares auteurs qui s'emparent de ce drôle d'objet littéraire : je veux parler de Camille de Toledo et de Mathias Enard, notamment : "Cartographier cette improbable frontière, c’est interroger la notion d’Europe (« qui n’avait pas tranché l’Europe car il n’y avait jamais eu d’Europe mais qui avait tranché des bras et des jambes, des cous, des cœurs, des langues, des cerveaux… »). C’est glisser de Géographie en Histoire,... [Lire la suite]
26 mai 2014

nous la referons l'Europe, nous la referons du dehors, puisqu'elle pourrit en son cœur, puisqu'elle pourrit à l'intérieur

  quand tu viens de là (à gauche) et que tu arrives ici (à droite) tu te dis que tu as fait un grand pas vers la vie mais peut-être pas ton pays. à dix-sept ans j'ai quitté le bled crotté de mon enfance (à gauche) et décidé de ne plus jamais y remettre les pieds parce qu'un électeur sur 4 votait Le Pen, se déclarait mon ennemi et voulait ma mort aujourd'hui j'ai trente-trois ans, je vis en banlieue parisienne (à droite) où je respire un peu mieux, où le fond de l'air est moins brun mais c'est la France entière qui s'est... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 mai 2014

retour de Kiev 6

Vendredi 25 avril   …Elle était là encore la Terre, elle était ferme, et pourtant j’entendais ses craquements futurs – et il ne faut pas s’y attarder – il ne faut pas lui faire confiance, Quelque chose aura lieu. Quelque chose, mais Quoi ? Benjamin Fondane, Ulysse, 1933   Passé le début de la soirée à monter et descendre comme un yoyo grisé par les rayons du soleil la rue Saint-André, qui ne désemplit jamais, tandis que les vendeurs de souvenirs replient leurs étals. Je me demande ce que je suis venu faire... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 mai 2014

retour de Kiev 5

Ils ont peur de perdre leur passé. Nous avons peur de perdre notre futur. Serhiy Jadan   Vendredi 25 avril Après-midi derrière l’ordinateur. Ça barde de plus en plus à l’est, du côté de Slaviansk, après l’assaut lancé par l’armée contre les séparatistes, qualifiés de terroristes par le nouveau gouvernement, qui manie déjà à la perfection la novlangue du vingt-et-unième siècle. Ici, les rumeurs vont bon train. On parle de seize étrangers enlevés à l’est. Sur des photos qui montrent les portraits de jeunes hommes disparus... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
10 mai 2014

retour de Kiev 4

  Avec l'Ukraine, ce sera extraordinairement douloureux. [...] Nous sommes obligés de remettre la décision entre leurs mains : fédéralistes, sécessionnistes, à chacun d'essayer de convaincre l'autre. [...] Qu'ils vivent leur vie, qu'ils fassent l'expérience. ils ressentiront vite que tous les problèmes ne sont pas résolus par la sécession. Soljénitsyne, L'archipel du Goulag, t. 3, 1976.   Vendredi 25 avril     Toute la nuit j’ai repensé aux images de la veille. Ce matin je n’ai qu’une seule idée en... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
02 mai 2014

retour de Kiev 2

Là, nous étant libérés des grandes personnes, nous allions établir notre place forte, proclamer une république des jeunes. Là, nous allions promulguer des lois nouvelles, une nouvelle hiérarchie de critères et de valeurs, mener une vie placée sous le signe de la poésie et de l’aventure, des éblouissements et des étonnements continuels. Bruno Schulz, « La République des rêves » in Les boutiques de cannelles, trad. Thérèse Douchy.   Mercredi 23 avril. Ciel bleu pâle, chaleur estivale, soleil éblouissant. On se croirait... [Lire la suite]
01 mai 2014

retour de Kiev 1

  mardi 22 avril. 18h15. Vu depuis le hublot, le Dniepr, large comme une mer, miroite à l’horizon, sous les nuages ; la Desna le rejoint en serpentant ; Kiev s’annonce alors, ville-archipel éclatée entre ses collines et les bras du fleuve. Arrivée à l’aéroport de Kiev Borispil. Étonné par le nombre de Juifs qui attendent dans les files pour passer la douane. Un avion en provenance de Tel-Aviv a dû atterrir en même temps que le mien. Des Loubavitch qui portent de gros chapeaux noirs, des manteaux noirs, des barbes... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,