28 août 2019

Sur la route du Danube, la bande son

Et voici ce que nous avions dans les oreilles en pédalant pendant 48 jours à pleins tubes contre les vents dominants. Queen - Bohemian Rhapsody [High Definition] Elektricni Orgazam, "Bejbe ti nisi tu" Gotan Project La Cruz del Sur Radio mix Alexander Vertinsky - Dorogoi dlinnoyu - Дорогой длинною - By the long road Rastao Sam Pored Dunava PLAVI ORKESTAR - Bolje biti pijan nego star Ederlezi: Time of the Gypsies - Goran Bregović, Emir Kusturica
Posté par emmanuelruben à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 août 2019

Sur la route du Danube en images

Comme plusieurs d'entre vous m'ont demandé des images de Sur la route du Danube, comme j'avais livré volontairement un récit sans images, comme je n'ai pas vraiment eu le temps de revenir ici pour faire le tri dans mes souvenirs, je profite d'un dimanche après-midi de la fin août pour vous donner un petit aperçu de cette virée danubienne :   "En haut des escaliers d'Odessa (...) Vlad, qui a la passion du cinéma, me lance un défi : et si nous commencions notre périple ici, en dévalant sur nos deux roues les... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 08:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 mars 2019

quelques dates pour nous retrouver sur la route du Danube...

  le lancement se fera mercredi 6 mars à 19h15 à Nantes, à la librairie La Vie devant soi, grâce à Charlotte Desmousseaux et Guénael Boutouillet,   d'autres dates suivront, parmi lesquelles celles-ci : - dimanche 10 mars, 12h30, fête du livre de Bron, rencontre avec Andreï Kourkov, animée par Thierry Guichard - samedi 16 mars, 15h, Livre Paris, scène Europe, rencontre animée par Alexandra Schwartzbrod - jeudi 21 mars, 19h30, librairie Charybde, Paris - jeudi 28 mars,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
15 février 2019

En librairie le 6 mars. Lancement le 6 mars à 19h15 à Nantes, à la librairie La Vie devant soi

4e de couverture :   "À l’été 2016, Emmanuel Ruben entreprend avec un ami une traversée de l’Europe à vélo. En quarante-huit jours, ils remonteront le cours du Danube depuis le delta jusqu’aux sources et parcourront 4 000 km, entre Odessa et Strasbourg. Ce livre-fleuve est né de cette odyssée à travers les steppes ukrainiennes, les vestiges de la Roumanie de Ceauşescu, les nuits de bivouac sur les rives bulgares, les défilés serbes des Portes de Fer, les frontières hongroises hérissées de barbelés… En choisissant de... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 novembre 2018

Une Odyssée cycliste dans une Europe à la dérive - à paraître le 6 mars 2019 chez Rivages

L’Europe est une fiction qui cherche encore ses contours, l’Europe est une utopie qui se dérobe dans la langue de bois de nos palais et pourtant l’Europe existe, nous l’avons traversée. 4000 km à vélo, en 48 jours, d’Odessa à Strasbourg, d’Ukraine en France, avec pour fil bleu le Danube, que nous avons remonté de son delta dans la Mer Noire à sa source en Forêt-Noire. C’est à l’automne 2016 et durant l’été 2017, alors que je vivais à Novi Sad, en Serbie, sur les bords du Danube, que j’ai eu la chance, grâce à une mission Stendhal,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 19:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
15 juin 2018

L'Europe est une fiction

L’Europe est une fiction. Ou plutôt des fictions. Fiction cartographique, qui croit finir – la faute au géographe du Tsar – avec le Bosphore et l’Oural. Fiction historique, car l’Europe, ne commence pas avec Athènes, Rome ou Jérusalem, comme on nous l’enseigne à l’école – Europe, c’est le nom pratique que trouva un pape, en l’occurrence Pie II – alias Enea Silvio Piccolomini –, pour désigner en 1464, à Ancône, face à l’Adriatique, l’ensemble de cette petite presqu’île torturée qu’on appelait encore la Chrétienté et rameuter une... [Lire la suite]

03 juin 2018

l'extase géographique

    Le 18 mai 2018, je répondais aux questions d'Alexandra Schwartzbrod, dans la bibliothèque de la Maison Julien Gracq. L'après-midi, je montais dans une barque pour une séance photo et ne tardais pas à vérifier qu'on avait oublié les pédales à ce drôle de "modèle à propulsion secrète", comme disait Julien Gracq des engins de ses personnages. Remonter la Loire debout sur une barqueet les bras croisés ne serait pas aussi simple que de remonter le Danube à vélo... Voici l'entretien dans son intégralité : 1) D'où vient... [Lire la suite]
11 mars 2018

Un printemps européen ?

Ce printemps, je publierai plusieurs textes inspirés de mes récentes pérégrinations trans-européennes. Le premier, Terminus Schengen, paraîtra demain lundi 12 mars aux éditions Le Réalgar, à Saint-Etienne, grâce à l'ami Daniel Damart, dans la très belle collection "l'Orpiment" dirigée par l'ami Lionel Bourg.  http://lerealgar-editions.fr/portfolio/terminus-schengen/ C'est l'histoire d'un type qui prend toutes sortes de trains, en octobre 2015, à travers la Mitteleuropa, de Novi Sad à Leipzig, où l'attendent des amis, un... [Lire la suite]
25 août 2016

Arpenter le limes de l'Empire au pixel près : remonter le Danube à contre-courant, réécrire l'Europe à rebrousse-poil

C'est une lubie qui me trotte en tête depuis des mois, voire depuis des années. Je l'ai longtemps repoussée, en me trouvant toutes les excuses possibles : ta rotule est bousillée depuis une chute stupide sur le pavé parisien et te fait souffrir après chaque sortie, les rhumatismes à trente-cinq ans te font claudiquer et haïr les godasses et la marche à pied, tu n'as pas le temps, tu ferais mieux de t'enfermer dans ton bureau, de te poser sur ta chaise et d'écrire ton prochain roman, etc... toutes ces petites excuses qu'on... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 19:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
17 août 2016

Ce qui nous sépare nous relie, ce qui nous relie nous sépare aussi

Ce qui nous sépare nous relie, ce qui nous relie nous sépare aussi. Deux anecdotes tirées de mes tribulations avant et après le Banquet du livre et des générations, à Lagrasse.   À l’aéroport de Munich, où je fais escale entre Belgrade et Toulouse, le jour du départ, le 6 août, l’agent de sécurité qui me tend les bacs où déposer mes affaires à l’entrée du portique est un vieil homme de petite taille, aux cheveux blancs et aux yeux bleus. À la vue de mon passeport, il me demande, en français, avec un léger accent : « il... [Lire la suite]