06 mai 2022

Une rentrée aux frontières orientales et méridionales de l'Europe - 1

Les 17 et 18 août, je reviendrai avec deux livres. Le premier est un roman qui commence en banlieue lyonnaise et se poursuit à Constantine. Les Méditerranéennes est un roman choral, une saga familiale, une fresque historique et une quête initiatique. C'est un livre de rires et de larmes où l'on naît, meurt, baise, se marie, où l'on pleure, s'engueule et rit beaucoup. C'est aussi un hommage aux femmes de ma famille maternelle qui m'ont transmis le goût de la lumière et de la vie. Merci aux éditions Stock pour leur confiance... [Lire la suite]

29 septembre 2013

sur le webzine Zone Critique, un article en demi-teinte intitulé "Pourquoi donc Albert Camus ?"

  pour lire l'article en entier et dans son contexte : http://zone-critique.com/2013/09/29/kaddish-pour-un-orphelin-celebre-et-un-matelot-inconnu/ Retour aujourd’hui sur le joli roman d’Emmanuel Ruben, Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu qui met en scène  Albert Camus et le grand père du narrateur. Mais pourquoi, justement, Albert Camus ? "L’ « orphelin célèbre » et le « matelot inconnu » meurent tous deux en 1957. Albert Camus dans un accident de... [Lire la suite]
12 septembre 2013

sur l'Anagnoste, un article qui va droit au but, sous la plume d'Eric Bonnargent

  Jean-Pierre Raynaud, France (2005) pour lire l'article en entier et dans son contexte : http://anagnoste.blogspot.fr/2013/09/emmanuel-ruben-kaddish-pour-un-orphelin.html   Sisyphe en Algérie   « Comment ? C’est ainsi que tu es trop tôt parti ! PAN, à bout portant. D’un seul coup de feu. Qui ne m’aura pas laissé le temps de te connaître. Mais qui résonne encore – PAN, à bout portant – dans la nuit. J’ignore s’il m’est permis de te tutoyer ; je pourrais ne pas m’adresser... [Lire la suite]
30 août 2013

sur remue.net, un précieux article signé Jacques Josse

pour lire l'article dans son contexte : http://remue.net/spip.php?article6153       "C’est à travers une longue lettre sinueuse, adressée à un grand-père qu’il n’a pas connu, que le narrateur qui s’exprime ici souhaite poser les jalons d’une histoire familiale qui lui échappe en partie. Pour cela, il lui faut remonter aux sources, se rappeler les rares confidences de la grand-mère et tenter de remettre en ordre les pièces d’un puzzle qui a volé en éclats par temps de guerre, en l’occurrence celle... [Lire la suite]
01 août 2013

l'aventure mémorielle : davantage qu'une recension, une petite thèse signée Jean-Paul Vialard à propos de mon Kaddish

pour lire l'article en entier et dans son contexte : http://www.blanc-seing.net/article-l-aventure-memorielle-119330185.html "Comment dire l'Autre, celui par lequel vous êtes et qui n'est plus ? Douleur, toujours, à évoquer les proches, surtout lorsqu'ils ne sont qu'une longue ligne de fuite à l'horizon. Comment parler du Grand-père disparu qu'on ne connaît que par quelques récits de sa Veuve, simple souvenir dans le lointain du temps ? Comment parler sans se fourvoyer, sans tomber dans la narration... [Lire la suite]
30 juillet 2013

un très bel article de Sylvie Legendre-Torcolacci sur encres vagabondes

http://www.encres-vagabondes.com/ Le kaddish, la prière des morts. Dans les silences de cette nuit de 1957, l'année où Camus se vit décerner le Prix Nobel de Littérature, deux voix se répondent, s'interpellent, deux hommes dialoguent, réunis dans la filiation et la fiction, deux hommes que tout oppose et qui se recherchent. Ce sont en réalité deux personnes de deux générations qui se parlent, dans un dialogue profond et émouvant : Albert Camus, orphelin, brillant, torturé et le grand-père de l'auteur, matelot, qu'il ne connut pas et... [Lire la suite]

30 juillet 2013

un très bel article de Marianne Loing sur Sens critique

http://www.senscritique.com/livre/Kaddish_pour_un_orphelin_celebre_et_un_matelot_inconnu/critique/24446080#_=_ Critique de Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu Par MarianneL Emmanuel Ruben part avec sa seule plume à la recherche de son grand-père, juif pied-noir, matelot inconnu, homme parti trop tôt d’un seul coup de feu – PAN, à bout portant – et qui fit de lui un étranger à jamais. Malgré l’absence de traces de la vie de cet homme, Emmanuel Ruben refuse la fiction ; il ne veut pas inventer la vie de son... [Lire la suite]
07 juillet 2013

un très bel article signé Virgine Mailles Viard dans le Matricule des anges de l'été (n°145)

"Sa poésie, ses circonvolutions, sa façon d'attirer dans l'espace que laissent les mots toutes les âmes disparues, font de ce récit sur la quête des origines une prière envoûtante"
16 juin 2013

ce qu'on peut lire sur le blog du grand Lionel-Edouard Martin

http://lionel-edouard-martin.net/2013/06/16/la-forme-a-loeuvre-a-propos-de-kaddish-pour-un-orphelin-celebre-et-un-matelot-inconnu-demmanuel-ruben-aux-editions-du-sonneur/ La forme à l’oeuvre Comment vivre avec la mort d’un proche que l’on n’a pas connu, dont personne ne vous parle, mais qui vous hante, et qui résume en son être et en son trépas la part la plus cruelle de l’histoire de la première moitié du XXe siècle, entre pogroms de Juifs, Shoah – quand on est soi-même juif, même agnostique –, et décolonisation,... [Lire la suite]
28 mai 2013

voici ce qu'on peut lire sous la plume de Claire Laloyaux, sur son blog Aquarium vert...

... à l'adresse suivante : http://aquariumvert.wordpress.com/tag/emmanuel-ruben/ Miklos Bokor, Appel, 2006, huile sur toile "Ce qui s’était perdu dans les méandres de la métamorphose, le bonheur enfantin, l’adolescence non vécue, ne serait donc pas aboli ? Le perdu revendique une forme d’existence consciente, ou du moins simulée. Il faut repasser sur les traces.La mémoire use de tours de passe-passe, un vrai Protée. Elle glisse entre nos vies, se rit de nous, toujours ailleurs que là où on croit la trouver. Déclenchée... [Lire la suite]