26 mai 2014

nous la referons l'Europe, nous la referons du dehors, puisqu'elle pourrit en son cœur, puisqu'elle pourrit à l'intérieur

  quand tu viens de là (à gauche) et que tu arrives ici (à droite) tu te dis que tu as fait un grand pas vers la vie mais peut-être pas ton pays. à dix-sept ans j'ai quitté le bled crotté de mon enfance (à gauche) et décidé de ne plus jamais y remettre les pieds parce qu'un électeur sur 4 votait Le Pen, se déclarait mon ennemi et voulait ma mort aujourd'hui j'ai trente-trois ans, je vis en banlieue parisienne (à droite) où je respire un peu mieux, où le fond de l'air est moins brun mais c'est la France entière qui s'est... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 mai 2014

la ligne des glaces sur remue.net, grâce à Jacques Josse

un article de Jacques Josse sur remue.net qui fait chaud au cœur dans ces longues soirées pluvieuses du mois de mai : pour lire l'article en entier et dans son contexte : http://remue.net/spip.php?article6744   "... L’idée des frontières – et en particulier de celles qui s’érigent dans les têtes – est lentement démontée. « Tu cherches une frontière extérieure, alors tu crois la trouver au bout de tes forces. Mais il n’y a pas de frontière extérieure. Crois-moi, la vraie frontière est à l’intérieur. Elle est... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 mai 2014

retour de Kiev 7

  Et déjà commençait à m’étreindre une angoisse encore inconnue : de retour à Paris, que saurais-je dire ? Comment répondre aux questions que je pressentais ? L’on attendait de moi certainement des jugements tout d’une pièce. Comment expliquer que, tour à tour, en URSS, j’avais eu (moralement) si chaud et si froid ? André Gide     En regagnant la ville basse à la nuit tombée, j’entre dans une superette, achète une bouteille de horilka (de la vodka ukrainienne) tandis qu’un homme passablement... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 mai 2014

retour de Kiev 6

Vendredi 25 avril   …Elle était là encore la Terre, elle était ferme, et pourtant j’entendais ses craquements futurs – et il ne faut pas s’y attarder – il ne faut pas lui faire confiance, Quelque chose aura lieu. Quelque chose, mais Quoi ? Benjamin Fondane, Ulysse, 1933   Passé le début de la soirée à monter et descendre comme un yoyo grisé par les rayons du soleil la rue Saint-André, qui ne désemplit jamais, tandis que les vendeurs de souvenirs replient leurs étals. Je me demande ce que je suis venu faire... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 mai 2014

le fascisme n'est pas un vulgaire paganisme !

Le fascisme est avant tout une incapacité à percevoir la poésie dans la dure et lourde prose quotidienne, c'est la recherche d'une fausse poésie, emphatique et excitée. Claudio Magris Effrayé à l'idée d'un Levi-Strauss ouvrant par hasard le dernier philo mag et tombant sur le schématisme idiot d'un tableau vite fait mal fait qui tend à nous faire croire que la particularité de la pensée fasciste est de s'articuler autour de la vénération de 4 grands totems, terre, peuple, vie & mythes alors que toutes les sociétés humaines... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 mai 2014

la lignes des glaces en Atopia

  À moins de recopier mot à mot le Oui ou le Gel ou L’Origine de Thomas Bernhard, à moins de procéder comme Pierre Ménard a procédé avec Cervantès et à moins de liquider au bout du compte mes quelques ridicules résidus d’individualité, ma bonne conscience, mes velléités d’originalité […] je ne serais pas en mesure de dupliquer les termes exacts de Thomas Bernhard…   Oliver Rohe, Défaut d’origine, Allia, 2003.   Comme Éric Bonnargent accueille si chaleureusement la Ligne des glaces en Atopia dans son... [Lire la suite]

11 mai 2014

retour de Kiev 5

Ils ont peur de perdre leur passé. Nous avons peur de perdre notre futur. Serhiy Jadan   Vendredi 25 avril Après-midi derrière l’ordinateur. Ça barde de plus en plus à l’est, du côté de Slaviansk, après l’assaut lancé par l’armée contre les séparatistes, qualifiés de terroristes par le nouveau gouvernement, qui manie déjà à la perfection la novlangue du vingt-et-unième siècle. Ici, les rumeurs vont bon train. On parle de seize étrangers enlevés à l’est. Sur des photos qui montrent les portraits de jeunes hommes disparus... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
10 mai 2014

retour de Kiev 4

  Avec l'Ukraine, ce sera extraordinairement douloureux. [...] Nous sommes obligés de remettre la décision entre leurs mains : fédéralistes, sécessionnistes, à chacun d'essayer de convaincre l'autre. [...] Qu'ils vivent leur vie, qu'ils fassent l'expérience. ils ressentiront vite que tous les problèmes ne sont pas résolus par la sécession. Soljénitsyne, L'archipel du Goulag, t. 3, 1976.   Vendredi 25 avril     Toute la nuit j’ai repensé aux images de la veille. Ce matin je n’ai qu’une seule idée en... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
08 mai 2014

expo aquarelles au couteau/aquarelles sur écorce de bouleau

du 7 au 31 mai, j'ai le plaisir d'exposer une série d'aquarelles réalisées ces dernières années sur différents supports (notamment écorce de bouleau) et avec différents instruments (notamment au couteau - Laguiole, le vrai, pas la contrefaçon) le vernissage aura lieu vendredi 16 mai à partir de 18h30 chez Barak, 29 rue Sambre-et-Meuse, à Paris (10e), métro Belleville, vous y êtes cordialement invité(e)s, ce sera également l'occasion, pour moi, de fêter la parution de mon dernier roman, "La ligne des glaces", aux... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 mai 2014

retour de Kiev 3

Ah, quel terrible pays que l'Ukraine ! Car enfin cette révolution... Non, voyez-vous, avec de pareils pourceaux, il est impossible de faire la moindre révolution... Boulgakov, la Garde blanche, 1925 (phrases censurées en URSS jusqu'en 1989)   Jeudi 24 avril Temps printanier, ciel bleu cobalt, vent tiède. Ce matin je décide de retourner sur Maïdan, où je n’ai pas vu grand’ chose le soir de mon arrivée. Cette fois, je m’y rends en métro. En sortant de la station, mon œil remonte le long de la colonne de l’indépendance qui ne... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,