08 septembre 2014

le désespoir est un luxe : retour du camp de réfugiés d'Aida, Bethléem

Les lois s’accompliront lorsque nous dépasserons cet archipel et délivrerons les captifs des tablettes. Mahmoud Darwich, « La huppe », trad. Elias Sanbar.   Quatre ans après, me voici de retour à Bethléem, la ville où est née l’idée d’écrire un jour le nouveau roman dans lequel me voilà embarqué. C’est le même bus qui m’emmène, le n°21, seulement un peu plus climatisé qu’il y a quatre ans. Je reconnais la route qui passe sous le tunnel entre les colonies de Har Homa et de Gilo, je reconnais le mur qui s’élève de... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 septembre 2014

La ligne des glaces et Meursault contre-enquête figurent dans la Première sélection pour le prix Goncourt 2014 !

ne les ayant pas lus, je ne peux pas vous dire grand'chose de la plupart des auteurs et des livres qui figurent dans cette liste. Une seule exception : il faut lire absolument le très beau livre de Kamel Daoud, Meursault contre-enquête, un éloge paradoxal de l'étranger, (pas seulement celui de Camus, mais celui de tous les jours, l'Algérien, le Français, l'Autre... celui qu'on croise dans la rue, celui qu'on est soi-même et pas seulement vis-a-vis des autres)   Première sélection pour le prix Goncourt 2014Adrien... [Lire la suite]
13 août 2014

le rebelle, le réac et l'homme révolté : comment faire danser la réalité ?

  Je me fais la guerre et je me détruirai ou je renaîtrai, c’est tout, Albert Camus, note de mai 1959 Et ta blessure, où est-elle ? Je me demande où réside, où se cache la blessure secrète où tout homme court se réfugier si l’on attente à son orgueil, quand on le blesse ? Cette blessure – qui devient ainsi le for intérieur –, c’est elle qu’il va gonfler, emplir. Tout homme sait la rejoindre, au point de devenir cette blessure elle-même, une sorte de cœur secret et douloureux, Jean Genet, Le funambule. D’une... [Lire la suite]
12 août 2014

l'enlèvement d'Europe : les bouleaux ont des cornes

"Tantôt il joue et bondit sur l'émail des prairies; tantôt il se couche sur un sable doré, qui relève de son corps la blancheur éblouissante. Cependant Europe moins timide, porte sur sa poitrine une main douce et caressante. Elle pare ses cornes de guirlandes de fleurs. Ignorant que c'est un dieu, que c'est un amant qu'elle flatte, elle ose enfin se placer sur son dos. Alors le dieu s'éloignant doucement de la terre, et se rapprochant des bords de la mer, bat d'un pied lent et trompeur la première onde du rivage; et bientôt,... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 août 2014

puzzle italien 2

Quoi ! le passage du Saint-Bernard, n'est-ce que ça ? me disais-je sans cesse. Stendhal   2   Bourg-Saint-Maurice est un cul-de-sac. La voie ferrée s'arrête ici, la SNCF ne vous emmènera pas plus loin, l’écheveau de ses rails brisés sous la montagne comme les dents d’un vieux râteau. Qui veut traverser les Alpes doit franchir le col à pied ou compter sur la générosité des automobilistes qui voudront bien s’arrêter à la vue de son pouce levé et le laisser grimper à bord. Sur le boulevard qui part de la gare, je suis... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 août 2014

rebel without a cause

Qu’est-ce qu’un rebelle ?   On pourrait attendre d’un rebelle qu’il prenne toujours à contre-pied la société dans laquelle il lui est donné de vivre et qu’il paie le prix de son audace par une mise en quarantaine. Mais le rebelle à l’ère de la médiocratie n’aime pas l’ombre et fuit le silence ; chaque semaine qui s’écoule sans qu’on parle de lui l’effraie ; il a peur qu’on l’oublie déjà comme un effet de mode passager, comme une tocade printanière dont se piquaient les Madame Verdurin du moment. Un rebelle... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 août 2014

puzzle italien 1

1   Toute cette histoire aura commencé par une erreur impardonnable pour un passionné de géographie. Pas facile de franchir le Rubicon pour qui lit trop vite les cartes routières, se perd dans leurs méandres, rêve dans leurs franges et néglige les détails qui pourraient infléchir irrémédiablement son voyage. C’était en avril 2011. Un grand ciel bleu, sans nuage, inquiétant, un ciel de steppe kazakhe régnait depuis plus d’un mois sur Paris ; les parcs étaient pleins de belle chair humaine ; les bibliothèques et les... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 août 2014

falaises porte-ville

Bonifacio quand on arrive de la mer au petit matin, ce sont d’abord les falaises et la ville on ne la voit pas, on ne la devine même pas car les falaises sont si hautes, leur blancheur si éblouissante que les paupières se plissent et les sourcils se froncent malgré les lunettes de soleil ; impossible de lever les yeux plus haut que cette paroi zébrée qui nous rature la rétine. Aux striures noires des falaises qui dansent et se balancent dans le vide font écho les striures de la mer ; la morsure du sel et du soleil est si... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 août 2014

chair de bouleau

hier, à la recherche de ces morceaux d'écorce que j'ai pris la manie de détacher à la main sur les flancs des jeunes bouleaux, j'ai trouvé en forêt de Carnelle un pan entier de bouleau, comme un fragment de tronc que je peux écorcher à ma guise (pour retrouver sous la pellicule blanche la couleur même de la chair) et sur lequel je peux raconter une deuxième fois cette histoire de course-poursuite à travers les hêtraies de Transcarpathie. Extrait de la nouvelle "Au pays des zêtres" à paraître un jour dans le recueil Dernières... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 août 2014

entre écorce et écume : les totems de Saint-Malo

à Saint-Malo, ce ne sont pas les remparts ni les toits d’ardoise qui retiennent mon attention ; ce n’est pas la minéralité de cette ville déjà nordique (et qui me rappelle un peu Stockholm) Ce sont les pieux de défense qui aimantent mon regard : ces drôles de poteaux dressés par l’homme à la verticale pour briser les vagues et domestiquer la mer : armée de totems qui ressemblent à une cohorte d’esclaves, alignés qu’ils sont, rongés par le sel de mer, mangés par la mousse, grignotés par le lichen ; ils ont pris... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,