08 août 2014

puzzle italien 1

1   Toute cette histoire aura commencé par une erreur impardonnable pour un passionné de géographie. Pas facile de franchir le Rubicon pour qui lit trop vite les cartes routières, se perd dans leurs méandres, rêve dans leurs franges et néglige les détails qui pourraient infléchir irrémédiablement son voyage. C’était en avril 2011. Un grand ciel bleu, sans nuage, inquiétant, un ciel de steppe kazakhe régnait depuis plus d’un mois sur Paris ; les parcs étaient pleins de belle chair humaine ; les bibliothèques et les... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 juillet 2014

pourquoi l'écorce de bouleau ?

 Ce qu’il y a de plus profond, en l’homme, c’est la peau Paul Valéry   de retour de l'expo "Tatoueurs, tatoués", au musée du quai Branly, je me pose cette question : pourquoi ce besoin, pour tous les peuples et à toutes les époques, de se tatouer ? Pourquoi ce grand retour du tatouage parmi nous ? N'est-ce pas justement parce que la peau nous échappe de plus en plus, dans notre monde dématérialisé, que nous éprouvons ce besoin de la fixer, de l'entailler, de la scarifier et de faire une œuvre d'art de cette mue d'une... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 juillet 2014

attaquer les falaises

Aujourd'hui, de retour d'une petite virée au Havre, je reviens avec ces falaises en tête, ces falaises de Mers-les-Bains, qui nous abritaient des pluies au dernier jour de l'an, et je tente de les tracer sur écorce de bouleau et de les attaquer au couteau... l'occasion de proposer ici un extrait d'Icecolor, livre à paraître fin octobre aux éditions du Réalgar :   Le premier jour, j'ai attaqué la falaise à la mine de plomb. J'ai frotté frénétiquement la mine contre le papier, à faire chantonner le grain, chantonner, oui, car... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 juillet 2014

le Pan Ferré (en couleurs)

aquarelle au couteau pour illustrer un passage du Roi des Lives :   M’asseyant côté fenêtre, je l’imaginais qui prenait place face à moi, lui qui pouvait passer des heures à regarder la pluie, la neige, ou rien que la nuit tomber à travers les fenêtres de la salle à manger. Je voyais son visage ridé se refléter dans la vitre embuée, entre les stries d’ocre gris, versants de marnes et de calcaires, bancs de sable et de galets de la rivière qui tressait tristement ses eaux grises parmi les dernières vignes. J’entendais sa voix... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 juillet 2014

l'archipel intérieur

petite aquarelle au couteau pour accompagner un extrait d'Intima Thule :   Qui n'a pas rêvé d'embarquer ses proches dans ses rêves d'enfant ? L'archipel intérieur nous serait apparu un matin brumeux de la fin juin 200*. D'abord, on aurait cru voir les côtes normandes ou bretonnes ; un instant, on aurait même songé aux îles Marquises ou à la Nouvelle-Calédonie, d'où nous écrivaient une fois l'an des cousins lointains, qui vivaient là-bas et se contentaient d'affranchir de simples clichés de polaroïd en guise de cartes... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 juillet 2014

le mur du diable

Une légende allemande dit qu’un beau jour, le Bon Dieu, fatigué par les manigances de Lucifer, qui voulait régner sur Terre, décida, bien avant Tordesillas et bien avant Yalta, de procéder au premier partage du monde. Le Bon Dieu, qui était malin et qui avait tout de même créé la Terre en six jours et sept nuits, mit son rival au défi de dresser un mur en l’espace d’une seule nuit autour de son hémisphère afin d’empêcher les âmes errantes et non encore damnées de s’aventurer vers ce grand coin d’enfer. On dit que Lucifer accepta... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 juillet 2014

le roi des lônes

(extrait d'une nouvelle à paraître un jour dans un recueil qui s'intitulera Dernières nouvelles de la frontière : sept nouvelles qui se passent à cheval entre la France et l’Ukraine, c'est-à-dire à la fois partout et nulle-part. Tous ces récits prennent leur source auprès de frontières, dans des confins, des marches, sur des terres oubliées, dans des angles morts du monde et de l’Europe. Dans chacune de ces nouvelles, je me suis livré à un jeu de collage ou de surimpression ; c’est dans cet interstice, dans ce va-et-vient entre... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 juillet 2014

le Pan Ferré - incipit du Roi des Lives

    (premières pages du Roi des Lives, un faux roman historique et faux roman familial où l'on entrelacera la légende d'un ancêtre semi-imaginaire et les bobards d'oncles semi-réels sur fond de paysages alpestres et de rêveries boréales.)     I     À l'origine de toute cette histoire, il y aurait un sabre fêlé. Quel était le modèle de ce sabre ? Je serais bien en peine de le dire. Je ne l'ai jamais manié, ne l'ai jamais soupesé, ne l'ai pas même décroché. Des soirées entières, je me suis... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 juillet 2014

le plus dur c'est de trouver le bon rythme

pour saluer le retour du Tour en France, les premières pages d'un futur roman où je dirai ma passion du vélo.    Le nombre des diastoles et systoles d’une vie humaine ou même d’un seul jour dépasse tous les chiffres imaginables, Alfred Jarry       LE PLUS DUR C’EST DE TROUVER LE BON RYTHME, disait Vlad, si tu ne trouves pas d’emblée ton propre rythme c’est fichu, tu chopes un point de côté, tu te mets dans le rouge, faut savoir doser, ne pas se griller d’avance, mouliner sans forcer, en garder sous... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
02 juillet 2014

lettre au prof que j'aurais voulu devenir

L’Île-Saint-Denis, le 29  juin 2014   Où tout cela est-il passé ? Trouve-t-on encore des gens capables de raconter des histoires ? Où les mourants prononcent-ils encore des paroles impérissables, qui se transmettent de génération en génération comme un anneau ancestral ? Qui, aujourd’hui, sait dénicher le proverbe qui va le tirer d’embarras ? Qui chercherait à clouer le bec à la jeunesse en invoquant son expérience passée ?, W. Benjamin, « expérience et pauvreté », Œuvres II, p. 365,... [Lire la suite]