30 mars 2016

la ligne des glaces bientôt en poche : couverture potentielle ou plutôt improbable

Il y a très exactement deux ans paraissait, chez Rivages, la Ligne des glaces. En attendant la réédition du livre en poche (prévue au mois d'octobre), et comme le prochain roman, Taraconta, qui devait paraître initialement en septembre 2016 est repoussé en janvier 2017, pour des raisons sur lesquelles il est inutile de revenir ici (ne pas remuer le couteau dans la plaie) mais que tout le monde imaginera sans peine, on s'occupe comme on peut en peignant, dix ans après, ladite Ligne des glaces d'après photo, pour la couverture... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mars 2016

Trois hommes dans le paysage

C’est une image qui me hante depuis mon retour de Normandie. Au départ, c’était une photo prise du haut d’une falaise, pour me souvenir des couleurs, car en dessinant dans le vent et le soleil couchant, juché sur ce promontoire, j’ai réalisé que je n’étais guère plus lourd qu’un tas de bruyères, qu’il suffirait d’une bourrasque un peu plus forte que celles que j’avais affrontées jusque-là pour me faire valdinguer et que je ferais mieux d’abréger le croquis – d’ailleurs, le papier se soulevait dans le vent, la bouteille d’eau ne... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 janvier 2016

Des falaises à Paris

Du 19 janvier au 5 mars 2016, je participerai à l'exposition collective "Transfigurer", dans le cadre de la 4e édition de l'initiative "Place aux jeunes", sur une proposition de mon ami Alexandre Crochet, critique d'art et journaliste, à la Galerie Guillaume, 32 rue de Penthièvre, à Paris, dans le 8e (métro Miromesnil).  Toutes les informations utiles ici : http://galerieguillaume.com/exposition-place-aux-jeunes-133.html J'y exposerai une série d'aquarelles réalisées face aux falaises du pays de Caux, in situ, de mars à mai... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 18:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 mai 2015

le négatif des falaises 4 : les filles de Fécamp

C'était une immense feuille de papier noir (115x75 cm) que j'avais ramenée un soir et scotchée sur le parquet à côté de mon lit, dans la chambre à coucher, en attendant le jour où j'aurais la force de l'attaquer. Comme mon départ du Pays de Caux s'annonce, ce jour est arrivé, la page n'est plus tout à fait noire, le cap Fagnet - le point culminant des falaises, qui surplombe le port de Fécamp - est entré par la fenêtre, les filles-falaises sont venues l'habiter et moi je peux m'en aller serein, en me demandant seulement ce que je... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 mai 2015

le négatif des falaises 3 : nostalgie du tableau noir ?

Je me demande parfois si toutes ces tentatives n'expriment pas finalement, la nostalgie du tableau noir. Ah ! l'ardoise et la craie du prof ! Il est vrai que ce que j'aimais le plus dans ce métier que j'ai quitté, c'était de tracer des cartes sur le tableau noir. Et j'aimais aussi faire venir les élèves au tableau pour les voir s'exprimer contre ce mur obscur. Rien ne fait ressortir autant que l'écran noir les grandes assises de la terre, les plis, les failles, les cassures, les événements de la vie inquiète des roches. Il faut... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 mai 2015

le négatif des falaises 2 : pourquoi le ciel est noir

L'idée du fond noir est venue d'abord d'une tache malencontreuse, causée par une bourrasque sur la page blanche un jour de très grand vent. Mon flacon d'encre de chine s'était renversé, ce qui provoqua une mini marée noire sur mon rocher creusé d'alvéoles. Et c'est ce jour-là que j'ai décidé d'en finir avec le liquide, l'aquarelle qui ne sèche jamais assez vite ou l'encre de Chine, qui menace toujours de tout gâcher et de vous faire ressembler à un mineur revenant du puits. Et puis comme la craie avait raturé mon jean de grands... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 mai 2015

le négatif des falaises 1

Le dessin sera l'envers de l'écriture. Pour ne plus passer son temps à noircir des pages et des pages de carnets, assis comme un con à un bureau, derrière un écran, alors qu'il fait si beau dehors. Blanchir plutôt, aller vers la lumière. Je sais que la falaise n'est pas que blancheur mais c'est ce blanc qui m'attire, c'est lui que je veux capter dans les rets du dessin, graver sur la page qui sera noire désormais, comme un négatif du roman, comme un négatif de la fameuse page blanche de l'écrivain, prétendue métaphore de son... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 avril 2015

falaise sur fond noir

"Pourquoi, dit quelqu'un, ne pas peindre plutôt sur fond noir ? Ou même simplement sur des feuilles de papier noir ? Dès que je commence, dès que se trouvent mises sur la feuille de papier noir quelques couleurs, elle cesse d'être feuille, et devient nuit. Les couleurs posées presque au hasard sont devenues des apparitions... qui sortent de la nuit. Arrivé au noir. Le noir ramène au fondement, à l'origine. [...] Dans le noir ce qu'il importe de connaître, et c'est dans la... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 avril 2015

"je n'étais qu'une ébauche au pied de la falaise"

"Entre tes doigts l'argile prend forme  L'homme de demain sera hors norme Un peu de glaise avant la fournaise Qui me durcira Je n'étais q'une ébauche au pied de la falaise Un extrait de roche sous l'éboulis Dans ma cité lacustre à broyer des fadaises Malaxe Le coeur de l'automate Malaxe Malaxe les omoplates Malaxe le thorax Issu de toi Issue de moi On s'est hissés sur un piédestal Et du haut de nous deux on a vu Et du haut de nous deux on a... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 avril 2015

flèches de la Loire

« Grèves de la Loire dans l’île Batailleuse. – Dès qu'on est couché au niveau de l'eau, champs et maisons cachés au regard, les berges s'ensauvagent, et les heures passent au long d'une espèce d'Orénoque ou de Sénégal, gris ou bleu selon le moment, troué de grèves qui rendent ici plus frappant qu'ailleurs le vers de Baudelaire : Cieux déchirés comme des grèves. Le vent rebrasse à pleines mains la belle fourrure argentée des saules, d'un gris d'olivier, leur imprime la même bousculade écumeuse qu'a la grosse houle sur les... [Lire la suite]
Posté par emmanuelruben à 13:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,